MEG title
Copyright: ©MEG, J. Watts & M. Cuenoud

urboxed-event-2020-02-06

Vous êtes invité à un anniversaire. Le samedi 2 novembre, le Musée d’ethnographie de Genève (MEG) fêtera les cinq ans de sa réouverture dans un nouveau bâtiment à l’ architecture remarquable.

Vous pourrez découvrir l’envers du décor de ce petit musée de classe mondiale (lauréat du Prix du Musée européen de l’ année 2017).

L’entrée est gratuite. Vous n’aurez rien à payer pour visiter l’exposition permanente du MEG. En revanche, l’entrée à l’exposition temporaire en cours, «La fabrique des contes», coûte 9 CHF à plein tarif, avec des réductions pour les retraités (AVS), chômeurs, étudiants, apprentis, 18-25 ans, groupes d’ adultes à partir de 12 personnes.

New building
Copyright: ©MEG, J. Watts & M. Cuenoud

Les cultures et l’histoire du monde à portée de main

Le MEG n’ est pas énorme en termes de surfaces d’exposition, mais il couvre le monde entier. L’ exposition permanente, au rez-de-chaussée, n’occupe qu’ une seule salle. Les vitrines éclairées de façon remarquable mettent en scène des œuvres d’art et des objets traditionnels répartis selon les cinq continents: Asie, Europe, Afrique, Amériques et Océanie. La fascinante exposition permanente consacrée à l’ ethnomusicologie révèle des instruments et des enregistrements audio du monde entier.

Plus de 1000 objets, issus d’ une collection de plus de 70000 objets, sont présentés dans la salle d’exposition permanente du MEG. L’ art et les objets représentant une centaine de civilisations comprennent des armures de samouraïs japonais du XVe siècle, une cape hawaïenne faite de plumes, des sculptures nigérianes, un bol chinois en bronze du VIe siècle, un traîneau suisse du XVIIIe siècle, une coiffe brésilienne du XIXe siècle et bien d’ autres choses.

Comment réunir de manière logique un patrimoine culturel aussi varié sans vous obliger à parcourir des kilomètres? Une géométrie simple. L’exposition se développe en rangées de vitrines rectangulaires correspondant à chacune des cinq zones géographiques. Longez une allée et laissez-vous saisir par les objets historiques magnifiquement éclairés d’une des régions du monde, puis faites un virage à 90 degrés à tout moment et, en quelques pas, plongez-vous dans un nouvel univers. Poursuivez dans cette voie, ou empruntez n’importe quel autre chemin qui vous fera traverser le monde culturel.

Exhibition
Copyright: ©MEG, J. Watts & M. Cuenoud


Une musique populaire que vous pouvez voir et entendre

L’ exposition d’ ethnomusicologie proposée par le MEG révèle des instruments tels qu’ un harmonica japonais du XIXe siècle, un tambour népalais du début du XXe siècle, un collier de  cloches porté à la cheville ivoirienne du XIXe siècle, un cor suisse en bois du XXe siècle, un gong en bronze des Philippines, un hochet français du XXe siècle et d’autres instruments en suffisance pour équiper un étonnant orchestre des musiques du monde. Des pistes audio sont disponibles par le biais des casques d’écoute suspendus devant des écrans. Les visiteurs peuvent également écouter de la musique enregistrée dans une chambre d’écoute.


La fabrique des contes

Contrairement à l’exposition permanente, présentée de manière ordonnée, l’ exposition temporaire actuelle (jusqu’au 5 janvier) vous invite dans un labyrinthe fait de passages sinueux et de culs-de-sac qui collent parfaitement au thème de «la fabrique des contes».

En vous frayant un chemin dans les huit contes populaires européens, chacun mis en scène dans un «théâtre de l’ imaginaire», vous vous sentirez peut-être comme le Petit Chaperon rouge perdu dans la forêt. Mais se perdre un peu est rarement aussi intrigant. Les contes sont racontés et expliqués au moyen de documents, de manuscrits, d’ illustrations, d’ objets, d’ installations artistiques (y compris une cape chaude et pelucheuse du Petit Chaperon rouge) et de films. Tout en déambulant, vous apprendrez comment ces contes ont évolué grâce aux traditions orales et comment ils reflètent notre inconscient collectif le plus profond. Vous développerez une nouvelle compréhension de la puissance du conte.

Fairytale
Copyright: ©MEG, J. Watts & M. Cuenoud


En plus des expositions

Le Musée organise régulièrement des événements. Notamment, des concerts avec des musiciens en provenance de régions lointaines. La fanfare Olaïtan, originaire du Bénin, jouera le 2 novembre prochain dans le cadre des célébrations du 5e anniversaire.

Le MEG propose aussi des films. Une série de films de contes de fées commence en novembre.

Le Musée abrite également une impressionnante bibliothèque riche de nombreux livres, de vidéos et de musiques que les chercheurs, et d’ailleurs tous les intéressés, peuvent explorer pour en apprendre davantage sur les cultures du monde.


Le musée virtuel

Le MEG existe aussi virtuellement. Le site web eMEG propose une visite en ligne du musée en français et en anglais, y compris les textes muraux et les photos de tous les objets, et même les liens audio. Il constitue une alternative très complète à la visite du musée.

Cependant, le MEG ne peut en aucun cas se substituer à une visite personnelle. La salle obscure, qui accueille l’ exposition permanente, révèle l’identité propre des objets grâce à d’ étonnants éclairages. Les allées consacrées aux contes populaires – l’ exposition temporaire actuelle – vous immergent dans le monde des fables comme si vous y étiez pour de vrai. Sans parler des concerts, des films, des ateliers et du café.

Une visite au MEG est un passeport pour les cultures du monde.

Library
Copyright: ©MEG, J. Watts & M. Cuenoud
Expo
Copyright: ©MEG, J. Watts & M. Cuenoud